Shigeru Ban : l’architecture en harmonie avec la planète

Prônant une architecture de qualité dédiée au bien-être de ses occupants et à leurs besoins réels, Shigeru Ban imprime le monde de son humanisme.

Exigeant sur le choix des matériaux, ses conceptions architecturales s’ouvrent sur le monde, lumineuses et poétiques.

Le sens aigu de sa propre responsabilité au sein de la société l’amène à s’engager pour l’habitat des personnes sans logement. Sa préoccupation première va aux réfugiés et sinistrés de catastrophes climatiques.

Quel est donc le parcours de cet architecte humaniste ? Découvrez immédiatement dans cet article le portrait de Shigeru Ban.

Shigeru Ban : de l’école à l’urgence humanitaire

Shigeru Ban

Après un parcours classique de formation à l’architecture, Shigeru Ban démontre que la personnalité individuelle influence la trajectoire professionnelle. Ses valeurs personnelles, son exigence écologique et son engagement pour l’humain inspirent son œuvre architecturale.

Une vocation précoce

Shigeru Ban naît à Tokyo en 1957 et c’est à l’adolescence que surgit sa vocation pour l’architecture. En 1977, à l’âge de 19 ans, il débute son parcours de formation et s’envole pour les États-Unis. Il étudie tout d’abord au Southern California Institute of Architecture à Los Angeles. En 1980, il poursuit son cursus à New York, à la Cooper Union School of Architecture dont il sort diplômé en 1984.

Parallèlement, il travaille chez Arata Isozaki. C’est l’Exposition Emilio Ambasz à l’Axis Gallery (Tokyo, 1985), conçue à partir de tubes de carton, qui lance sa carrière.

Shigeru Ban & Associates, son agence à Tokyo, voit le jour en 1985. Aujourd’hui, il est présent à New York, Tokyo et Paris.

L’architecte de l’urgence humanitaire

En 1995, il crée l’ONG Voluntary Architect’s Network (VAN) qui propose des habitations temporaires en soutien aux populations. Jusqu’en 1999, il est consultant pour le Haut-Commissariat aux Réfugiés des Nations Unies (UNHCR) et a en charge l’étude de la construction d’abris d’urgence.

En 1999, il présente son prototype de maison d’urgence à l’Institut français d’architecture à Paris. Son objectif ? Procurer des abris d’urgence aux réfugiés climatiques.

Un film de Michel Quinejure, « Shigeru Ban, architecte de l’urgence » présente sa démarche en 2000. Il consacre sa réputation d’architecte engagé auprès des personnes lors de catastrophes naturelles.

La volonté de transmettre

Enseigner est un des piliers de l’engagement de Shigeru Ban. Il est tout d’abord professeur adjoint à l’Architecture at Yokohama National University avant de rejoindre l’Architecture at Nihon University. Il enseigne depuis 2001 à l’Université de Keio au Japon.

En constante remise en question de la fonction sociale de larchitecte, il crée sa propre équipe de recherche pour approfondir sa réflexion.

De nombreux prix viennent récompenser son œuvre. D’ailleurs en 2014, le Prix Pritzker couronne sa carrière exemplaire et son humanisme :

« une approche créative et innovante, notamment en ce qui concerne les matériaux et les structures, (…) et son dialogue avec les gouvernements et les organismes publics, et les communautés touchées par des évènements catastrophiques ».

En France, il reçoit les insignes d’Officier dans l’Ordre national du mérite (2011) et le grade de commandeur de l’Ordre des Arts et des Lettres (2014).

Le style Shigeru Ban

Le style Shigeru Ban est d’une singularité facilement reconnaissable. Il utilise les matériaux pauvres de façon innovante et réinterprète les codes architecturaux japonais. Ses espaces hors normes sont empreints de poésie et toujours marqués de considérations écologiques.

Une ligne directrice : sobriété et modernité

 

Ses premières réalisations sont des villas, d’une sobriété extrême. Elles sont conçues en rapport étroit avec leur environnement. Pensé comme un espace de liberté, l’habitat se libère alors des murs et s’ouvre largement sur l’extérieur.

Flexibilité, fluidité, liaison entre les espaces intérieurs et extérieurs sont les mots qui guident ses créations. Shigeru Ban repense les techniques de construction et réinvente ainsi l’habitat traditionnel japonais. Il fait émerger une esthétique moderne, particulièrement raffinée. Conçue autour d’une logique « d’espaces de vie », la Curtain Wall House illustre cette conception d’une architecture originale.

Développement durable et écologie

Le développement durable est au cœur des réalisations de Shigeru Ban. Il milite pour une « architecture durable et responsable » et pour un acte créatif enrichi par cette démarche.

Ses réalisations recyclables utilisent des matériaux communs comme le bambou, le textile, le papier, le carton et le bois. Certains éléments standards, respectueux de l’environnement, comme les containers de transport trouvent aussi leur place dans ses créations.

L’architecte supervise lui-même l’organisation des chantiers et contrôle la collecte des matériaux ainsi que leur caractère recyclable. En 2017, il collabore avec Jean de Gastines et La Seine Musicale sur l’île Seguin à Boulogne-Billancourt voit le jour. Cette construction écoresponsable modèle est labellisée HQE Excellence, label Biodiversité Urbaine1 et label HQU niveau***.

Être au service de l’Homme

Son approche de la conception architecturale est très vite mise au service de ses engagements personnels. Il invente une nouvelle forme d’habitat d’urgence. Celle-ci est déployée dans des contextes extrêmes de catastrophes naturelles.

Économiques, résistants et durables, ces habitats légers apportent une réponse aux populations privées de logement. Construits rapidement et simplement, ils sont démontés avant d’être réutilisés. Pensés selon des méthodes d’auto-construction, ils sont constitués de quelques dizaines de tubes en carton d’un mètre de diamètre et de fondations composées de caisses de bière remplies de sacs de sable.

Les 3 réalisations majeures de Shigeru Ban

Très éclectique dans ses réalisations, Shigeru Ban créé aussi bien des maisons, des églises, des édifices publics que des scénographies d’exposition. Son empreinte se retrouve dans le monde entier.

La Paper Log House (1995, Kobe, Japon)

Shigeru Ban - Paper Log House

Le 17 janvier 1995, un terrible tremblement de terre frappe la ville de Kobe au Japon. Des années de reconstruction se profilent et Shigeru Ban conçoit alors la première de ses Paper Log Houses.

Légères, résistantes et vite construites, ces habitations provisoires en carton dur viennent au secours des nombreux sinistrés. Shigeru Ban remporte le prix Architecture for Humanity (USA).

Ce même dispositif sera de nouveau employé pour les camps de réfugiés au Rwanda en 1999 et après le tsunami à Kirinda au Sri Lanka en 2004.

La succursale du Centre Pompidou (2009, Metz, France)

Shigeru Ban - Centre Pompidou Metz

En 2005, Shigeru Ban installe son bureau temporaire au nouveau siège de l’association des arts modernes Centre Pompidou à Metz. Depuis ce bureau de papier, il conçoit ce remarquable bâtiment et en supervise la mise en œuvre.

Les remarquables volumes offrent 3 galeries aux visiteurs. Immenses plateaux et espaces plus intimes se succèdent, largement ouverts sur la ville de Metz grâce à de larges baies vitrées.

La charpente et la toiture sont réalisées en bois et la flèche de la nef centrale culmine à 77 mètres. S’inspirant des techniques de vannerie, l’architecte réalise la couverture à partir de très fines pièces de bois. Dès l’entrée, malgré la formidable hauteur du plafond, un immense sentiment de bien-être vous envahit.

L’église néogothique (2011, Christchurch, Nouvelle-Zélande)

Shigeru Ban - Cathédrale Christchurch (Nouvelle Zélande)

En février 2011, un séisme d’une magnitude de 6,3 provoque d’immenses dégâts matériels dans la ville de Christchurch en Nouvelle-Zélande. Parmi les bâtiments les plus touchés se trouve la cathédrale dont la flèche s’est effondrée.

Répondre aux besoins des populations c’est aussi répondre à leurs besoins spirituels : Shigeru Ban construit alors une cathédrale en carton pouvant accueillir jusqu’à 700 fidèles. Cette « cathédrale d’urgence » est conçue pour durer au moins 50 ans.

Le mot de la fin

Vous connaissez maintenant le parcours de ce formidable architecte humaniste. Pour admirer l’œuvre de Shigeru Ban, transportez-vous sur les sites de ses réalisations. A New York, Tokyo, Zurich ou encore Milan, parsemez votre voyage de découvertes architecturales. En France, retrouvez ses créations à Paris, Metz, Dijon ou encore Mulhouse.

Envie de reproduire la Paper House de Shigeru Ban sur Sketchup ? Suivez nos formations gratuites pour commencer cette modélisation 3D.

En attendant, je vous souhaite une bonne journée et je vous dis à bientôt sur Apprendre Sketchup !

Télécharge ta formation gratuite :

Mon catalogue de formations SketchUp:

Avez-vous trouvé cet article utile ?

Cliquez sur une étoile pour voter

Note moyenne / 5. Votes comptabilisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *