Zaha Hadid : l’architecte des défis

Née à Bagdad puis naturalisée britannique, cette architecte aime s’affranchir de la linéarité. Ses créations de Zaha Hadid défient l’imagination et semblent se jouer des lois de la gravité.

Passant outre les techniques traditionnelles, elle invente un nouveau monde architectural. Son œuvre fait l’objet de nombreuses publications et une monographie est dédiée à son œuvre dès 2009.

Qui est donc Zaha Hadid, cette femme au doux sourire et architecte au tempérament bien trempé ? Découvrez immédiatement son portrait dans cet article.

Zaha Hadid : de l’ombre à la lumière

Zaha Hadid - architecte

Rare femme dans un univers professionnel à forte dominance masculine, Zaha Hadid impose sa créativité et son propre style. Son parcours, riche d’une diversité incomparable, colore ses réalisations.

Une jeunesse internationale

Zaha Hadid naît le 31 octobre 1950 à Bagdad, en Irak, au sein d’une famille aisée de confession sunnite turcomane. Jeune fille, elle grandit entre un père riche industriel et une mère artiste, tous deux originaires de Mossoul.

Elle a tout juste dix ans quand elle s’exile en Europe pour étudier. Alors en pensionnat, elle découvre la Suisse et l’Angleterre avec ses deux frères. Dans les années 70, elle s’installe au Liban pour étudier les mathématiques. Elle sort diplômée de l’université américaine de Beyrouth.

Le choix de l’architecture

Zaha Hadid s’envole pour Londres où elle étudie à l’Architectural Association School of Architecture. Parallèlement, elle travaille à l’Office for Metropolitan Architecture (OMA) à Rotterdam. En 1977, elle obtient son diplôme et devient immédiatement associée de l’agence.

C’est en 1980 qu’elle crée son agence Zaha Hadid Architects dont le siège est situé à Londres. En parallèle, elle enseigne alors dans des écoles prestigieuses comme celle de ses études à Londres. De plus, l’universide Harvard fait aussi d’elle la titulaire de la chaire de la Graduate School of Design.

Une femme tenace et reconnue

C’est en 1983 que Zaha Hadid bénéficie d’une reconnaissance internationale. Elle remporte le concours du Peak Leisure Club de Hong Kong. Ce projet ne sera pas réalisé. Cependant, il impose déjà sa signature stylistique.

Au-delà de son métier, Zaha Hadid est une véritable figure du mouvement de l’émancipation des femmes à la fin du 20ème siècle. En 2004, elle est la première femme à obtenir le célèbre prix Pritzker. Cette récompense est décernée à un architecte novateur en activité.

En 2006, elle fait l’objet d’une exposition rétrospective au musée Guggenheim de New-York. Auparavant, seul Frank Gehry avait bénéficié de cet honneur.

Le magazine Forbes la classe au 69ème rang des femmes les plus puissantes du monde en 2008. Femme d’affaires accomplie, son agence compte plus de 400 employés lors de son décès en 2016.

Le style Zaha Hadid

Est-ce sa formation en mathématiques qui contribue à la singularité des œuvres de Zaha Hadid ?

Utilisant la haute technologie, ses réalisations sont de véritables défis architecturaux. Hors des schémas classiques, ses œuvres sont imposantes et oniriques. Se jouant de l’espace, l’architecte crée des designs résolument révolutionnaires.

Une reconnaissance qui tarde

Si le déconstructivisme s’épanouit dans les années 80, les débuts de Zaha Hadid sont laborieux et difficiles. Ses projets apparaissent à tous comme irréalisables. Nombreux sont ceux qui sont salués, mais néanmoins refusés. Le Kurfürstendamm de Berlin et le centre artistique et diatique de Düsseldorf en sont de parfaites illustrations.

C’est en 1993 que sa carrière prend son envol avec la caserne de pompiers de Vitra en Allemagne. Ce premier bâtiment construit est l’expression même du style Zaha Hadid.

Le luxe au service de l’architecture

Zaha Hadid, tout comme Frank Gehry, appartient au mouvement déconstructiviste. Figure importante de ce courant, ses œuvres révolutionnent le monde de l’architecture. Son style net, très reconnaissable, diffuse un sentiment de luxe.

Plans superposés, angles aigus mais aussi courbes et entrelacs, ses réalisations architecturales allient fluidité, grâce et transparence. Utilisant de préférence le métal et le béton, Zaha Hadid y adjoint également d’autres matériaux tels que le verre et le plastique.

Le design sous toutes ses formes

Zaha Hadid imagine et met en œuvre des expositions ou des scénographies. Toutefois, son affection pour le marché du luxe s’étend également à de nouveaux domaines. Ainsi, elle se lance dans la création d’accessoires, de bijoux et de mobilier.

Que ce soit la création d’un sac pour Louis Vuitton (2006), une collection de chaussures pour Lacoste (2008) ou encore la fameuse Le-a Table signée en collaboration avec Leblon Delienne, l’univers de Zaha Hadid fait toujours référence à un style de vie épuré et luxueux.

Les 3 réalisations majeures de Zaha Hadid

Spécialiste des créations monumentales aux lignes disruptives, Zaha Hadid marque l’architecture urbaine de son empreinte.

Le MAXXI (2009, Rome, Italie)

Maxxi - Zaha Hadid

Ce musée au gigantisme affirmé inaugure ses 27 000 m2 en 2010. C’est en 1999 que le projet de Zaha Hadid est retenu pour cette construction. D’ailleurs, l’architecte obtient le prix Stirling en 2010 pour cette réalisation.

Les arts et l’architecture sont mis à l’honneur dans ce complexe qui comprend des espaces d’exposition, une bibliothèque, un auditorium, une cafétéria et des espaces dédiés aux expositions temporaires.

Murs penchés et plancher ondulé signent cette œuvre architecturale où d’immenses trouées amènent la lumière. Un colossal escalier, de fer et en verre, dessert les halls depuis l’atrium.

Le Centre culturel Heydar-Aliyev (2012, Bakou, Azerbaïdjan)

Centre culturel Heydar-Aliyev (2012, Bakou, Azerbaïdjan) - Zaha Hadid

Conçu en 2007, ce centre culturel déploie, au milieu d’un parc de 15 ha, un centre de congrès, un musée et une bibliothèque. Reflet du renouveau économique de la ville de Bakou, il se veut à l’image de son avenir.

Les courbes de cet édifice de 57 000 m2 au sol lui apporte une élégance très aérienne. Les matériaux, comme la fibre de verre renforcée de la façade, amplifient son aspect futuriste.

Pensé pour une utilisation liant l’extérieur à l’intérieur, ce bâtiment tout en ondulations et lignes épurées porte clairement la signature Zaha Hadid.

Le stade Al Janoub (2019, Al Wakrah, Qatar)

Le stade Al Janoub (2019, Al Wakrah, Qatar) - Zaha Hadid

Réalisation posthume, le stade Al Janoub, inauguré en 2019, fait partie des huit complexes prévus pour la Coupe du Monde de Football 2022 qui se tiendra au Qatar.

D’une capacité de plus de 40 000 places, cet ouvrage fait référence à l’univers maritime de la ville qui l’abrite. Il s’inspire des voiliers arabes traditionnels, appelés Dau, à une ou plusieurs voiles triangulaires.

Parfaitement adapté aux conditions climatiques des étés extrêmement chauds, son toit se ferme complètement. Alors, la climatisation du terrain et des gradins est possible.

Le mot de la fin

Cette femme architecte vous est maintenant familière. Découvrez comment son univers architectural influence le monde, aussi bien en Espagne qu’en Autriche ou encore en Chine ou en Allemagne. En France retrouvez ses créations à Marseille avec la Tour CMA-CGM et à Montpellier avec le bâtiment Pierresvives.

Envie de reproduire la Capital Hill Residence de Zaha Hadid sur Sketchup ? Suivez nos formations gratuites pour commencer cette modélisation 3D.

En attendant, je vous souhaite une bonne journée et je vous dis à bientôt sur Apprendre Sketchup !

Télécharge ta formation gratuite :

Mon catalogue de formations SketchUp:

Avez-vous trouvé cet article utile ?

Cliquez sur une étoile pour voter

Note moyenne / 5. Votes comptabilisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *