Renzo Piano : l’architecte inclassable

Août 2018, le pont Morandi de Gênes s’effondre. L’enfant prodige du pays, l’architecte Renzo Piano, relève le défi de la reconstruction de ce viaduc autoroutier. Célèbre pour ses constructions novatrices, Renzo Piano a 80 ans quand il imagine ce nouvel ouvrage d’art. Quelques semaines seulement après le drame, il présente la maquette de son projet avec un tablier fuselé et 43 piliers pour symboliser chaque vie perdue.

Qui est donc cet architecte infatigable et inclassable ? Découvrez son parcours singulier et sa philosophie unique.

Renzo Piano : une vie au service de l’architecture

Renzo Piano - architecte italien

Une statue de Renzo Piano en acier inoxydable, trône devant le Centre Pompidou depuis 2017. Un documentaire réalisé par l’espagnol Carlos Saura en 2018 est entièrement consacré à cet « architecte de la lumière ». Renzo Piano, c’est une vie toute entière consacrée à l’architecture.

L’architecture naturellement

Renzo Piano naît à Gênes en 1937. Au sein d’une famille de constructeurs et d’ingénieurs, il suit tout d’abord des études très classiques jusqu’au baccalauréat. Ensuite, il intègre le département d’architecture de l’École polytechnique de Milan. Il travaille avec son père et aussi avec l’architecte Franco Albini. Son diplôme lui est décerné en 1964.

Les années suivantes et jusqu’en 1970, il réalise des travaux expérimentaux avec son frère et effectue des voyages de recherche. C’est alors qu’il rencontre Jean Prou. L’amitié naît alors entre les deux hommes. L’influence de l’architecte français marque l’œuvre de Renzo Piano qui intègre la notion de modularité dans ses constructions.

Un début de carrière magistral

Avec Richard Rogers, il fonde l’étude « Piano & Rogers » en 1971 à Londres. Le jury du concours pour le Centre Pompidou de Paris distingue le projet de Renzo Piano, Richard Rogers et Gianfranco Franchini. Il a 33 ans quand sa carrière décolle.

En 1977, il démarre une nouvelle collaboration avec Peter Rice. L’Atelier Piano & Rice voit alors le jour. Celle-ci se termine en 1981 avec la fondation de sa propre agence à Paris : RPBW ou « Renzo Piano Building Workshop ».

Aujourd’hui, cette agence internationale compte des bureaux à New York et Gênes avec 130 collaborateurs. Ainsi, ce sont plus de 120 projets réalisés à travers le monde.

Une carrière saluée et engagée

La carrière de Renzo Piano est récompensée à de nombreuses reprises. En France, il est distingué chevalier de la Légion d’honneur et commandeur des Arts et Lettres. Il est décoré de la médaille d’or du Royal Institute of British Architects de Londres en 1989.

Pour l’ensemble de sa carrière, il reçoit le célèbre Prix Pritzker en 1998 à tout juste 60 ans. Avec tout son flegme italien et un zeste d’ironie, Piano commente cette reconnaissance en se demandant « s’il s’agit d’un prix de consolation ou d’encouragement ».

L’architecte a déjà 70 ans quand il prend conscience de la transmission du savoir et de son importance. La Fondation Renzo Piano voit alors le jour. Cette organisation caritative, nommée la Bottega, est implantée à Gênes en 2004 et soutient le travail de jeunes architectes.

Ambassadeur de lUNESCO depuis 2007, Renzo Piano est également nateur à vie de la République italienne depuis août 2013.

Le style Renzo Piano

Si tous s’accordent à reconnaître qu’il n’y a pas de « style Renzo Piano », quelques éléments sont cependant communs à ses réalisations. L’envergure des projets, le système de construction industriel, l’inclusion dans l’environnement sont autant de marqueurs de l’œuvre de Renzo Piano.

L’architecture high-tech

Le début de carrière de Renzo Piano est marqué par l’influence des théories développées par le groupe Archigram. Constitué en 1963, ce collectif d’architectes prône « l’urbanisme sous l’angle de la recherche prospective ». Cette méthode de construction fait la part belle à la mise en scène des éléments constructifs. Le métal, fortement présent, est largement montré. Ainsi, l’apparence de « mécano géant » permet de comprendre ce mode de conception architectural.

L’architecture high-tech émerge dans les années 70. Cette tendance influence fortement les réalisations de Renzo Piano. Ce mouvement, dont l’architecte italien est une figure importante, intègre des éléments de haute technologie dans la conception des bâtiments avec des murs de verre et des structures acier.

Le Centre Pompidou est l’exemple même de l’influence de ces mouvements architecturaux sur la carrière de Renzo Piano.

Des projets uniques

Le « style » de Renzo Piano évolue au fil des projets avec son souci constant d’intégrer le bâtiment dans son contexte. Pour lui, le design doit s’adapter à son environnement et à l’utilisation.

Le style Renzo Piano est ainsi en perpétuelle mutation. Les formes, les textures, les matériaux … employés pour un projet sont en prise directe avec son lieu d’implantation et sa finalité.

L’architecte se réinvente à chaque nouveau projet. Comme il le dit lui-même, il « reconquiert chaque fois sa liberté ». Ainsi, ses réalisations sont uniques, presque iconiques.

Sobriété et lumière

La singularité de chacune des réalisations de Renzo Piano est unanimement saluée. L’architecte s’affranchit des écoles et des courants pour faire exister le bâtiment dans son contexte.

Si aucun signe distinctif ne vient marquer le « style » de Renzo Piano, deux éléments sont cependant présents dans ses œuvres.

Tout d’abord des lignes contemporaines, sobres et légères, qui créent la cohérence entre ses différentes réalisations, privilégiant les matériaux que sont le verre et le métal.

Et surtout, l’éclairage est sophistiqué. Ainsi, la lumière sublime les œuvres exposées dans ses musées.

Les 3 réalisations majeures de Renzo Piano

Si Renzo Piano est surnommé « l’architecte des musées », il a également contribué à la création d’autres monuments tels que des aéroports, des fondations et des campus universitaires.

Le Centre Pompidou (1977, Paris, France)

Centre Pompidou (Paris) - Renzo Piano

La conception du Centre Pompidou, encore nommé centre Beaubourg, modifie la perception du public à propos d’un équipement polyculturel dédié à la création contemporaine. Des salles de spectacles et de cinéma ou encore des galeries d’expositions temporaires rejoignent la Bibliothèque Publique d’Information (BPI).

Bâtiment typique des mouvements Archigram et high-tech, la façade du musée dévoile des éléments de constructions techniques habituellement camouflés. Le système de ventilation est exposé en extérieur et constitue par lui-même un élément architectural, tout comme les escaliers desservant les étages. Le verre et l’acier prédominent dans cet ouvrage emblématique de l’architecture du 20ème siècle.

La Menil Collection (1986, Houston, Texas)

Menil Collection - Renzo Piano

Véritable virage dans le mode de conception de ses projets, Renzo Piano porte une grande attention à l’environnement dans lequel s’inscrit ce musée contemporain d’art moderne.

S’inscrivant dans la typicité des quartiers de pavillons américains, il utilise des matériaux tels que le bois sur les ossatures métalliques. Les planches de cyprès utilisées dans ce projet confèrent une esthétique extrêmement sobre aux lignes géométriques du bâtiment.

Toute l’attention de l’architecte se porte alors sur la qualité de la lumière, notamment zénithale, qui devient ainsi l’écrin des œuvres exposées.

Le Centre culturel Tjibaou (Nouméa, Nouvelle-Calédonie)

 

Centre culturel Tjibaou - Renzo Piano

Ce centre réunit deux défis : contribuer au développement et à la diffusion de la culture Kanak et préserver le site naturel sur une presqu’île proche de Nouméa.

Sur 8 hectares on trouve pêle-mêle un musée, une médiathèque, un palais des congrès, un centre de spectacle mais également un pôle de recherche et un parc botanique. Pensé comme un village traditionnel, sa conception fait appel aux lignes caractéristiques de l’habitat local.

Ces « coques », toutes en rondeur, favorisent une climatisation naturelle. L’angle écologique est encore renforcé par le choix des matériaux. Ces choix font de ce musée un emblème de l’architecture verte.

Le mot de la fin

Désormais, cet architecte inclassable n’a plus de secret pour vous. Vous pouvez admirer les réalisations de Renzo Piano dans le monde entier et découvrir ses projets récents tels que la célèbre tour « The Shard » à Londres ou encore le Campus de la Columbia University à New York. En France, retrouvez la Fondation Pat, le Tribunal de Paris ou encore l’École Normale Surieure (ENS) Cachan à Saclay.

Envie de reproduire le Musée de la fondation Beyeler de Renzo Piano sur Sketchup ? Suivez nos formations gratuites pour commencer cette modélisation 3D.

Télécharge ta formation gratuite :

Mon catalogue de formations SketchUp:

Avez-vous trouvé cet article utile ?

Cliquez sur une étoile pour voter

Note moyenne 5 / 5. Votes comptabilisés 1

Aucun vote pour le moment.

1 réflexion sur “Renzo Piano : l’architecte inclassable”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *